open_logo_c_ic-svg

Accueil > Mises à jour

Ontario Parents Action Network

septembre 29, 2020

Ontario Parents Action Network sur l’importance de l’intersection avec d’autres efforts d’organisation.

Parlez-nous d’Ontario Parents Action Network. Comment décririez-vous son objectif et ce qui le rend unique ?

Nous sommes un collectif de parents et d’autres membres de la famille qui s’est réuni dans un moment de crise, en raison des menaces d’attaques supplémentaires et du définancement de l’éducation publique par le gouvernement de Doug Ford. Nous avons lancé une campagne pour résister à ces coupes et pour travailler explicitement en solidarité avec les travailleurs de l’éducation qui se dirigeaient vers la négociation avec le gouvernement. Puis nous avons pivoté pour faire face aux circonstances désastreuses dans lesquelles se trouve l’éducation publique pendant cette pandémie. Nous avons vu le gouvernement présenter des plans inadéquats et déficients pour lutter contre la transmission du virus par le biais de protocoles de sécurité et de santé appropriés pour les travailleurs, les enfants et la communauté au sens large. Nous voyons les conséquences de l’incapacité à planifier de manière adéquate la réouverture des écoles lors des récentes éclosions. Notre campagne porte désormais sur des écoles saines, sécuritaires et équitables.

Ce qui nous rend uniques, c’est que nous relions la lutte pour une éducation publique correctement financée à une politique plus large, en comprenant que les services publics en général ont été si sous-financés. Nous essayons de fournir une perspective alternative au cadre dominant offert par la plupart des gouvernements, qui adhèrent à l’austérité et au néolibéralisme. Nous essayons de contrer cela explicitement en parlant de la polarisation croissante et de plus en plus profonde en termes de revenus et d’équité dans cette province, ce pays et dans le monde.

Votre site web contient une liste de revendications de #SafeSeptember comme la réduction de la taille des classes et l’augmentation des fonds pour le soutien aux étudiants. Vous y incluez également des demandes relatives à la lutte contre le racisme, à la protection des travailleurs et au logement. Pourquoi est-il important de s’entrecroiser avec d’autres efforts d’organisation ?

Il est vraiment important pour nous de nous assurer que nous comprenons la sécurité dans notre système scolaire comme un concept qui va bien au-delà des spécificités de cette pandémie. Nous voulons faire écho à l’appel lancé depuis longtemps par de nombreux organisateurs, communautés racialisées et dirigeants communautaires, selon lequel il y a eu des crises qui se chevauchent dans l’éducation publique depuis des décennies. Ils demandent donc que la police soit retirée de toutes les écoles publiques, que les programmes d’enseignement soient mis à jour et cessent de refléter une vision du monde fondée sur la suprématie blanche, c’est-à-dire qu’il faut soutenir l’intégration de la vie et de l’histoire de tous les élèves dans les salles de classe et des adultes qui les soutiennent.

Le gouvernement doit aborder la sécurité comme un concept plus large que celui du bien-être. Il s’agit de se sentir écouté et de ne pas avoir de conditions discriminatoires oppressives dans le système scolaire. Il ne s’agit pas seulement de ce qui se passe en classe, mais des conditions de vie.  Nous devons également parler des moyens de garantir un logement permanent et digne, d’aborder les déserts alimentaires et de résoudre d’autres types de problèmes sociaux. Il ne s’agit pas seulement des résultats des tests COVID-19. Il s’agit de communautés prospères et de changements tangibles qui garantissent une bonne qualité de vie pour tous.

Parlez-nous de #SafeSeptember comme d’une campagne et d’un moyen de mobilisation.

Voyez #SafeSeptember comme un concept, un cri de ralliement qui résume ce pour quoi nous nous battons. C’est une campagne que nous avons lancée avec d’autres groupes de parents et de travailleurs de l’éducation. Elle a connu un grand succès – c’est un hashtag international. Il y a maintenant des groupes qui suivent ou qui s’alignent dans la plupart des provinces du pays. Nous avons travaillé pendant l’été, en essayant de faire pression sur le gouvernement pour qu’il alloue les fonds et les ressources nécessaires afin de maintenir la transmission communautaire à un niveau minimum. Il s’agissait de veiller à ce que les enfants et le personnel disposent d’un plan de retour sûr, durable et équitable. Nous pensons avoir accompli beaucoup de choses, mais pas ce qui était nécessaire. Le gouvernement n’a pas alloué les fonds nécessaires et a doublé son refus de répondre aux préoccupations profondes des parents, des grands-parents, des épidémiologistes, des médecins – tant de personnes qui ont un intérêt dans #SafeSeptember. C’est choquant et vraiment troublant.

Qu’est-ce qu’on peut apprendre des méthodes d’organisation pendant une pandémie?

Le niveau de mobilisation aux États-Unis a eu un impact ici sur la motivation et l’inspiration. Beaucoup de gens comprennent cela en ce moment. Les enjeux sont très élevés et ils sont prêts à se mettre en danger d’une manière qui ne semblait pas possible ou qui ne semblait pas aussi décisive que maintenant. Nous sommes à un moment charnière très important en tant que société et en tant que planète.

Cela dit, il est toujours important d’être vraiment créatif lorsqu’on essaie principalement de mobiliser les parents, car leur temps, surtout pendant la pandémie, où il faut équilibrer le travail avec les enfants, a été terriblement épuisé. Vous savez donc que tout le monde a besoin d’aide, d’un exutoire pour sa frustration et sa colère et de sentir qu’il fait partie d’un mouvement qui essaie d’améliorer les choses. Nous avons tendance à utiliser un modèle décentralisé qui permet aux gens d’agir au niveau local – avec leur représentant du gouvernement local ou dans leur école. C’est la tendance que nous essayons de maintenir parce que nous avons constaté que c’est la plus efficace pour mobiliser les gens. Nous devons également nous assurer que nous ne faisons pas trop ou pas trop peu. Nous essayons de rester en contact sans en demander trop.

Nous sommes maintenant bien avancés dans le mois de septembre. Alors, que va-t-il se passer ?

Nous pensons que la prochaine étape consiste à continuer à se battre pour les améliorations nécessaires, et pas seulement dans les écoles. Certainement dans les écoles, mais aussi à un niveau plus large pour faire baisser la transmission communautaire qui, à ce stade, est terriblement élevée. Ce que nous voulons, c’est pouvoir voir la situation s’améliorer afin que les écoles puissent rester ouvertes pendant la pandémie. Mais nous sommes loin d’avoir les conditions nécessaires pour cela maintenant. C’est donc le genre de circonstances que nous allons examiner et auxquelles nous allons nous attaquer en étroite collaboration avec les parents leaders dans différentes parties de la province. Nous sommes également en relation avec différentes organisations de travailleurs de l’éducation pour nous assurer que nous avons un front vraiment uni, afin que nous puissions monter une résistance aussi large et puissante que possible.

Pour les personnes qui souhaitent s’engager avec vous, comment peuvent-elles le faire ? Qui peuvent-ils contacter ?

Rejoignez-nous sur Twitter, Facebook et visitez notre site web.

Amber Williams-King (crédit d’artiste et image)

 

Ontario Parents Action Network est un collectif de parents, de tuteurs et de grands-parents inquiets qui s’organise pour résister aux coupes du gouvernement Ford dans l’éducation publique. Nous voulons des écoles entièrement financées et équitables pour nos enfants, et nous sommes solidaires des travailleurs de l’éducation.